Laissons la parole au Général VALTAT (ancien du 409ème) auteur d'un Petite histoire du régiment parue dans le bulletin de l'Amicale des anciens du 409è RI :

Les origines du Régiment

Le 8 mai 1915, à Maignelay et à Tricot (Oise), le 409 débarquait au front, venant de la région de Chinon.

Le Médecin PICARD a chanté le pays :

« C'est sous le ciel de Picardie
Où les filles sont si jolies,
Hardies et même pis qu’hardies… »

Dans un genre plus sérieux, il entra dans la formation de la 303è Brigade (13è Corps – 11è Armée), avec ses effectifs puissants, qui dépassait 3.000 hommes. Beau commandement pour le Lieutenant-Colonel DERDOS.
Il lui manquait son Drapeau. Il le reçut des mains du Général XARDEL, placé à la tête de notre Brigade, le 17 mai 1915. Il était fin prêt !

Drapeau_couleurs

La formation des Régiments de la série « 400 » avait été décidée par le Haut Commandement, en décembre 1914.
L’Armée française venait de connaître cinq mois pénibles : les rudes batailles du début et la tragique mêlée des Flandres avaient absorbé toutes ses disponibilités : les territoriaux avaient vaillamment assuré la soudure des effectifs et la classe 14 venait de partir en renfort aux Armées.
Fort à propos, par épuisement réciproque, les actions déclinaient et les pertes diminuaient. D’autre part, un nouveau courant de relève s’établissait grâce aux évacués guéris. Et les effectifs des dépôts se gonflaient de cette excellente classe 15, si bien dressée dans le style énergique de l’avant-guerre, avec, en sus, l’apport de l’expérience des premiers combats.
C’est de cette surabondance momentanée que naquit très heureusement le 409.
Chacun des huit régiments du 9è Corps fournit une Compagnie. L’ensemble constitua les deux premiers bataillons. Le 3è reçut principalement l’apport des dépôts repliés du Nord.