Après une petite interruption estivale, reprenons le parcours du 409è RI que nous avons laissé début mai 1917...

Le 3è bataillon (LAUGIER) se fixa entre la route 44 et le canal ; les bataillons DAUGER (1er) et CARROT (2è) sont réserve de division.
Dans la matinée du 4 mai, le bataillon CARROT est réparti dans les ouvrages des Chasseurs, de Jemmapes et de Fleurus.
La bataillon LAUGIER dont une unité, la 10è Cie, occupe la parallèle de départ depuis 10h30, doit relever sur ses emplacements, dasn la nuit du 4 au 5 mai, le 170è RI depuis le boyau du Gibet jsuqu'au sud du boyau de Goritzia : une même note prescrit au bataillon CARROT de relever dans les mêmes conditions les bataillons GELPI et CHAPUIS du 174è.

Extraits de ' Avec le 409è RI - histoire vécue par les Poilus du 409è RI " par Maurice BRILLAUD

Le 3 mai disparaît lors d'une patrouille l'Adjudant Clément VADIER. Il s'était distingué dans la Somme lors des combats de Soyécourt - Ablaincourt.
Le 4 mai à la 10è Cie, tombe le Soldat Albert MAINSON, âgé de 22 ans.
Ce jour-là tombaient également les Sergents CHAIGNEAU et ROFFET, et les Soldats GIRARD, MEREY et MONTFORT.