2° Le 409 au combat

Le 19 septembre 1916, le Régiment est aux tranchées, les 2è et 3è bataillons en ligne, le 1er bataillon en soutien, l’ensemble face à Ablaincourt, le futur objectif. Dans ce secteur bouleversé, tout est à organiser en vue de l’attaque, sous des feux assez violents de l’artillerie adverse. Nos pertes s’élèvent à une moyenne journalière de 2 tués et 10 blessés.

Enfin, après remaniement du dispositif, le 10 octobre 1916, à 5 heures du matin, les troupes d’assaut sont en place, le 3è bataillon en tête dans la tranchée de départ.

A 11 heures, les vagues s’élancent derrière le barrage roulant, dans un ordre impressionnant. 25 minutes après, le premier objectif est atteint ; la tranchée « de l’Inoubliable Grand-Père », que beaucoup d’entre nous ne sont pas prêts d’oublier.

Les reconnaissances poussées vers Ablaincourt atteignent les lisières du village et les occupent.

Nous avions capturé 3 officiers, dont un Chef de bataillon, et 198 hommes de troupe ; les cadavres étaient nombreux. Nos pertes, au cours de l’attaque, s’élevaient à 42 tués, dont 3 officiers, et 149 blessés, dont 2 officiers.

Après une nuit relativement calme, devant un ennemi désemparé, mais présent, les combats à la grenade reprennent pour la conquête d’Ablaincourt.

Le 12 octobre, au matin, les 1er et 2è bataillons sont engagés. Dans la nuit du 13 au 14, les Allemands se ressaisissent et contre-attaquent. Ils nous enlèvent quelques maisons ruinées ; mais elles sont reprises aussitôt. Nos efforts pour élargir nos conquêtes dureront jusqu’au 23 octobre et se heurteront à une résistance de plus en plus ferme. Ce jour-là marquera la fin de notre action dans la bataille de la Somme. En sus des pertes subies pendant l’assaut, les combats ultérieurs nous ont coûté 24 tués et 146 blessés.

Extrait de La petite histoire du 409è par le Général VALTAT in L'Entraide, bulletin de l'Association des Anciens du 409è.