La page de la journée du 28 décembre 1917, transcrite au JMO du régiment, commence par ses mots :

" Rien à signaler "

Au bas de celle-ci, après d'autres mutations, on peut lire :

"Par décision en date du 18 décembre 1917, le Général commandant la VIIè armée prononce la mutation suivante :

DERDOS, Lieutenant-colonel commandant le 409è RI aux armées, est affecté au dépôt du corps. "

Puis :

En quittant le commandement du 409è, le Lieutenant-colonel DERDOS a chargé le chef de bataillon commandant provisoirement, d'exprimer à tous : officiers, sous-officiers caporaux et soldats les regrets qu'il [avait] à se séparer de son beau Régiment et de tous ceux qui lui ont donné des preuves si grandes d'affection, d'attachement et de dévouement.
Ses regrets s'avivent de n'avoir pu leur faire verbalement ses adieux. Mais de coeur il restera avec eux et de même que sa foi dans leur destinée demeure inébranlable, sa reconnaissance pour toutes les satifsfactions qui'ils ont su lui donner leur reste à jamais acquise.

Le commandant provisoire du 409è RI est alors le Chef de bataillon DE LAROQUETTE.

Au nom du 409è, le Chef de bataillon adresse à Monsieur le Lieutenant-colonel DERDOS, l'expression bien sincère des profonds regrets que son départ laisse au coeur de tous : officiers, sous-officiers, caporaux et soldats.
Aux annales du 409è, le Lieutenant-colonel DERDOS a droit à la place d'honneur. C'est sous les ordres de ce chef, que depuis sa formation, depuis le Printempts 1915, le Régiment a donné les témoignages multiples de son absolu et constant dévouement à la Patrie ; de son abnégation et de son esprit de sacrifice sur toutes les parties du front, notamment devant Verdun à l'époque héroïque de la défense à Ablaincourt, en Champagne ou sur l'Ailette.
Ce devoir accompli en commun au cours de longs mois de guerre scelle l'union solide et confiante qui liera à vie le Régiment à son premier Colonel.