Le nom du Lieutenant Marcel GOUPY a été évoqué plusieurs fois sur le blog. Il est temps de s'arrêter un peu sur son parcours militaire.

Marcel GOUPY est arrivé au 409è RI au cours de la deuxième quinzaine de mars 1916.

Engagé volontaire au 66è RI, il fut un " sans tabac ". Il résilia son engagment pour redevenir homme de troupe.
Caporal en novembre 1913, Caporal-fourrier le 2 août 1914, Sergent-fourrier le 29 août. Blessé e 8 septembre 1914 à la tête au cours de la bataille de la Marne. Le 66è RI est alors dans le secteur Oevy - Connantray. Il subit une attaque allemande très importante et est menacé d'encerclement :

Extrait du JMO du 66è RI
[...] Dans cette retraite, le régiment, fusillé, mitraillé et canonné sur trois faces, subit des pertes considérables. [...]

Sergent-major le 19 août 1915.

Sous-lieutenant, il passe au 77è RI en décembre 1915.

Cité à l'ordre de l'ordre de la brigade le 1er juillet 1916
Etant sous-officier au 66è RI. S'est fait remarquer par son entrain et son énergie. Blessé le 8 septembre 1914, a continué de combattre jusqu'au moment où ses forces le trahirent.

Cité à l'ordre du 19è corps d'armée le 19 août 1916
Commandant volontairement un détachement chargé de tenter un coup de main sur les tranchées allemandes, à montré beaucoup de tact et de savoir faire dans la conduite de l'opération. Surpris avec sa troupe dans une embuscade allemande et ne pouvant progresser, a ramené ses hommes dans la tranchée de départ et les a maintenu sous un violent bombardement et en repoussant une forte attaque ennemie.

Cité à l'ordre de la brigade le 24 juin 1918
A rempli avec le plus grand zèle et le plus complet dévouement les missions de liaison et de reconnaissance qui lui ont été confiées pendant les attaques des 7, 9 et 12 juin 1918.

Cité à l'ordre de la brigade le 23 novembre 1918
S'est acquitté du service des liaisons dont il était chargé avec un dévouement et une conscience dignes d'éloges, au cours des combats du 29 octobre au 3 novembre 1918 devant Banogne, malgré le feu violent de l'artillerie ennemie, a installé personnellement un service impeccable des liaisons.

crx_g1


Chevalier de la Légion d'honneur en décembre 1920 (commission Fayolle).
Officier qui a affirmé sa belle qualité d'entrain, d'audace et de courage au cours des nombreux combats auxquels il a pris part. A obtenu cinq citations et a été blessé.

legion_1



Élevé à la dignité d'Officier en 1939.

Il fut nommé directeur régional des postes, télégraphes et télécommunications à Rouen après une belle carrière, commencée en 1911 comme surnuméraire.

Décédé à Paris le 29 avril 1967 à l'âge de 75 ans.