Nathalie, la petite-fille du Soldat Marie, Joseph, Louis DÉRET, a reconstitué le parcours de son grand-père dans la Grande Guerre. Au cours de ces rehcerches, elle a retrouvé mention de son nom parmi les citations publiées sur le blog et a déposé un commentaire.

Évoquons plus en détail le parcours de Marie Joseph DÉRET.

Il naît en 1895 à Amailloux dans les Deux-Sèvres. Lors de son recensement, sa mère est décédée. Il exerce la profession de cultivateur. Il est incorporé au 68è RI où il fait ses classes entre décembre 1914 et mai 1915.

A l'issue de cette période, il est affecté au 409è qu'il rejoint le 7 mai 1915.

Il est cité à l'ordre du régiment le 28 mai 1916 pour avoir participer à un coup de main :

Volontaire pour participer à coup de main sur les tranchées allemandes. A montré beaucoup de courage et de sang-froid dans la mission périlleuse à laquelle il avait demandé à faire partie.

Cette citation lui vaut la Croix de guerre avec une étoile de bronze.

Cx guerre 1418

Sa fiche matricule indique :

" Blessé le 3 août 1916 à Verdun. Plaie au coude droit par balle. " or, en août 1916, le 409è RI est dans l'Oise, et à la date du 3 août 1916, aucun blessé n'est mentionné.

Ayant précédemment débuté un recensement des blessés du régiment, je retrouve le nom de Marie, Joseph DÉRET à la date du 12 août 1916. Ce même jour, 6 autres hommes sont également blessés. Il est évacué et rejoint le régiment après une période de convalescence le 2 septembre 1916.

Les circonstances de cette blessure sont rapportées par la citation à l'ordre de la Brigade reçue le 5 septembre 1916 :

Blessé en allant de sa propre initiative vérifier en plein jour le réseau de fil de fer en avant de la tranchée. Très bon soldat à tous égards.

Une nouvelle étoile orne le ruban de la Croix de guerre précédemment reçue.

Il est à nouveau blessé le 3 octobre 1916 lors de la bataille de la Somme à Soyécourt (80)

Il s'illustre à nouveau lors des combats de mai 1917 à Cauroy. Sa conduite lui vaut une nouvelle citation à l'ordre du régiment :

Soldat très courageux. A fait preuve d'un sang-froid remarquable au cours des opérations du 9 mai en se portant à l'assaut des tranchées ennemies et en a chassé les occupants . Très méritant. Déjà cité.

Le 28 juillet 1917 une nouvelle citation à l'ordre du régiment :

A pris part à tous les coups de main organisés par son bataillon et a toujours donné le plus bel exemple de courage et de sang-froid.

Le ruban de sa Croix de guerre portait 4 étoiles représentant chacune des citations ci-dessus.

Voici une photo représentant Marie, Joseph en 1916. Plusieurs indices permettent de dater cette prise de vue : la tenue, la présence de la Croix de guerre, les chevrons de présence sur la manche gauche et le chevron que l'on devine sur la manche droite.

MJ_Deret409

La Croix de guerre nous indique une date postérieure à la première citation reçue le 28 mai 1916, la présence de deux étoiles situerait courant septembre, la deuxième citation étant reçue le 5 septembre. Le chevron de blessure indique que ce serait après le 12 août 1916 date de la première blessure. L'absence d'un second chevron que c'est antérieur au 3 octobre 1916.

Les chevrons de présence au nombre de 5 confirment que nous sommes en 1916 : le premier chevron pour 1 an de présence, les suivants pour 6 mois.

Cette photo pourrait avoir été réalisée entre le 5 septembre 1916 et le 3 octobre 1916, probablement au cours d'une permission.

Et la grenade au-dessous des chevrons ? Il s'agit d'un insigne de spécialité qui indique que Marie, Joseph était lanceur de grenades.

Le 23 août 1918, Marie Joseph est évacué pour maladie. Il doit être opéré de l'appendicite qui lui laissera une " cicatrice normale d'appendicectomie [...] " comme l'indique sa fiche matricule.

Il ne retournera plus au front, mais au dépôt après la période de convalescence. Il est démobilisé le 12 septembre 1919.

Il se marie en 1920.

En 1924, Marie Joseph reçoit la Médaille militaire.

Médaille militaire

Il est décédé en 1947 à Dissay (86).