688 – Mercredi 22

Je suis proposé sous-lieutenant et je vais passer une visite par HOFFMANN et une contre-visite par le Médecin chef à Courthésy. J’attrape une suée.

689 – Jeudi 23

Je range mes affaires pour le départ de demain : on doit marcher en veste mais à 22 h ¼, un contre-ordre arrive de prendre la capote : quelle pagaille. Le responsable de tout ce désordre devrait bien être bouclé.

690 – Vendredi 24

Je me lève à 3 heures et je rassemble pour le départ qui doit avoir lieu à 4 h ½. Près de Courthésy, le régiment est rassemblé pour la remise de la Légion d'honneur au Lieutenant MERCIER. La compagnie est complètement en désordre : heureusement qu'il fait encore nuit. La marche se passe bien et nous à arrivons à Mont St-Père à 9 heures : je trouve une chambre épatante. Après le déjeuner, je vais me promener avec SIGNÉ au bord de la Marne. Je prends une photo du barrage avec LEMARIE. Après dîner, le proprio de la popote vient se plaindre qu'on lui a volé un briquet mais personne n'en a entendu parler. Il y a musique et j'en profite pour voir quelques camarades.

691 – Samedi 25

Nous partons à 4 h ½ et nous traversons Château-Thierry : la marche est assez dure car il y a une grande côte à monter. Nous passons à Vaux et arrivons à Bouresches vers 9 h ½. Je me trouve une chambre et, dans l'après-midi, je suis si fatigué que je dors 3 h ½.

Je me couche de bonne heure après avoir été faire un petit tour dans les champs avec BIRON.

692 – Dimanche 26

3è étape qui se termine à Brumetz, par Bussiares et Gandelu. J'ai une chambre magnifique chez une vieille folle qui ne fait que regarder mes souliers. Je fais la sieste sous un arbre et j'écris. Au dîner, il tombe une averse épouvantable qui m'envoie me coucher de bonne heure.

693 – Lundi 27

DEXMIER part au campement mais le bataillon ne s'en va qu'à 6 heures : nous passons par Crouy sur Ourcq où SCHMIDT nous regarde passer et où le 174è cantonne. Après une côte interminable, nous arrivons à May en Multien où la Cie est dans une grande ferme superbe. Je suis logé à 1 km de là. Avec ma proprio, il y a une histoire de popote que ROUSSEAU parvient à grand peine à arranger. La pluie se met à tomber et le vent souffle en tempête. La nouvelle popote est très bien : nappe, verres, enfin, cela change. Je me couche de très bonne heure.

694 – Mardi 28

Je vais à la messe de 7 heures, puis je me nettoie sérieusement. Je fais un tour à la ferme et, après déjeuner, je tire des photos et j'écris. Le vent souffle toujours en tempête mais le temps s'est éclairci. Le colon passe une revue de cantonnements à 3 heures et nous fait attendre 1 heure.

A suivre...

Avec l'aimable autorisation de son petit-fils - Merci de ne pas reproduire sans autorisation