6 mars 1916 raconté par Jean LAGRANGE, Adjudant à la 4e Cie (1er bataillon du 409e)

Voilà plusieurs jours que je ne repose presque pas. Je suis éreinté. Dormir ! Dormir ! C'est mon souhait. N'y tenant plus, je m'étends sur des planches à 7 h du matin et je ronfle à poings fermés jusqu'à 14 h. Il paraît que pendant ce temps le bombardement a fait rage ; je n'ai rien entendu.

Un peu de neige dans la journée. Froid. Une nuit de repos.

Merci de ne pas reproduire sans autorisation.

Extrait de l'historique du 409e RI

A partir du 6, le bombardement ennemi devient plus intense, en particulier sur le fort et le village de Vaux.

Extrait du JMO du 409e

Bombardement plus sérieux. La redoute au Nord du fort de Vaux est en partie détruite. La moitié de la 10e Cie viendra à Vaux la nuit.

16h10 : Bombardement de Hardaumont Sud. Travaux activés en première ligne. Boyaux commencés.

Vaux vus par les Allemands du 19 RIR

Le 6 mars, le 19e [RIR] a pris son dispositif d’attaque. Le 3e bataillon, le plus mordant, est en première ligne ; les deux autres en réserve.

LANGSDORFF sait confidentiellement que la préparation d’artillerie doit commencer le lendemain à 12 heures.