Brièvement évoqué il y a quelques années, le nom de Constant SAILLANT apparaît à nouveau sur le blog au travers des souvenirs de René BRISSARD.

Constant SAILLANT était né à Bouguenais (44) en décembre 1893. Lors de son incorporation au 77e RI en 1913, il était ajusteur.

Caporal puis sergent en juin 1915, il se distingua en juin 1915 et fut cité à l'ordre du régiment le 18 mars 1916 :

Le 6 juin 1915, à l'assaut des tranchées ennemies a fait preuve d'un sang-froid admirable et malgré une fusillade, a, de concert avec deux camarades, ramené le corps de son officier grièvement blessé à quelques mètres des défenses accessoires ennemies.

crx_g1

Cité à l'ordre de la Brigade le 15 mai 1916 :

Sous-officier d'une bravoure remarquable réfléchie. A montré au cours des journées des 5 et 6 mai 1916, une ténacité et une activité remarquables dans l'accomplissement de différentes missions délicates qui lui furent confiées.

il fut nommé sous-lieutenant en mai 1916.

Blessé à deux reprises en octobre 1916, ce qui lui vaudra une nouvelle citation à l'ordre du 9e CA :

Officier remarquable par son sang-froid, son courage et son esprit de discipline. Blessé une première fois le 11 octobre 1916, a refusé d'être évacué. N'a consenti à partir qu'après une blessure grave de l'avant bras gauche le 14 octobre 1916 (bataille de la Somme).

Après sa convalescence, il passa au 409e RI en 1917. Nommé lieutenant en mai 1918.

Cité à l'ordre du 21e CA le 14 août 1918 (le texte n'est pas reproduit sur la fiche matricule conservée aux archives de Loire Atlantique).

Décédé le 3 octobre 1918 à Somme-Py (51) et inhumé dans la Nécropole nationale de Sommepy-Tahure, tombe 999, il allait avoir 25 ans.

En consultant le Journal officiel, j'ai rélevé une citation à titre posthume et l'attribution de la Légion d'honneur :

Cité à l'ordre de l'armée le 21 avril 1919 :

Jeune officier d'une activité et d'un mordant remarquables. Le 26 septembre 1918, son commandant de compagnie ayant été blessé, a pris le commandement de cette unité en plein combat et l'a conduite brillamment jusqu'à son objectif malgré la résistance de l'ennemi. Le lendemain, après trois attaques infructueuses, a maintenu sa troupe en haleine, l'a enlevée pour la quatrième fois à l'assaut d'une tranchée ennemie garnie de mitrailleuses avec une fougue irrésistible, dépassant de 800 mètres son objectif, et capturant 17 prisonniers et une douzaine de mitrailleuses. A été tué glorieusement le 3 octobre en partant à l'assaut de la Ferme Médéah.

Chevalier de la Légion d'honneur le 30 août 1919 (avec la même citation).

legion_1