931 Lundi 22 avril 1918

Il y a encore de la neige ce matin ; je dors jusqu'à 9 heures. Puis, je descends ; il y a un peu de brouillard. DESCARPENTRIES ne vient pas déjeuner et je remonte avec la corvée de matériel. Il commence à pleuvoir. Ma section doit monter demain en ligne ; ce n'est pas trop tôt car je commence à en avoir assez des autres. La neige fond petit à petit et il y a une boue phénoménale.

932 Mardi 23

La 4e Section se prépare à descendre et, en bas, je trouve la 2e qui m'attend ; cela me fait plaisir de revoir mes braves poilus. Je remonte avec eux sitôt après le déjeuner ; ils attrapent une petite suée à laquelle ils ne sont pas habitués. La 4e section s'en va. Lorsque les miens sont reposés, je leur montre leurs emplacements de combat et je leur explique le système de défense. Il commence à pleuvoir. La nuit n'est pas trop noire, grâce à la lune. Je prends un bain !

933 Mercredi 24

Nuit calme ; ce matin, brouillard assez dense aussi j'augmente le service de jour. Le brouillard se lève dans la vallée et le temps devient à peu près clair, mais le soleil ne paraît pas. L'après midi et la soirée sont calmes.

934 Jeudi 25

Je prends le quart à 2 heures, tout est tranquille mais à 2h30 une rafale de grenades éclate sur la gauche, dans la direction de 766. Immédiatement, j'alerte tout le monde et je fais tirer la mitrailleuse. Les VB, coups de fusils et grenades continuent sans interruption jusque vers 3 heures ; une petite accalmie. A 3h15, cela recommence jusque vers 3h45 et, enfin, un dernier engagement a lieu et se termine vers 4h15. Au jour, j'envoie une patrouille à LÉGER, de la 10e et on me rapporte que l'ennemi a tenté un coup de main. Il y a trois types de disparus à 766 et des blessés, mais 762 n'a rien eu. L'alerte a été chaude, mais mes poilus ont montré qu'ils pouvaient être rapidement à leurs emplacements de combat. Le jour se lève ; il fait beau. Tout rentre dans le calme et je descends. Je reste jusqu'à la corvée de soupe : très belle nuit. Tout est calme.

935 Vendredi 26

Je dors jusqu'à 9h ; très beau temps. Le ravin de Beau Soleil reçoit quelques obus. Je remonte avec la corvée de matériel et les poilus travaillent à faire des portes. Je prends le quart de 10h à minuit. Il fait un temps splendide, c'est un plaisir de veiller ainsi.

936 Samedi 27

Le beau temps continue et il fait même du soleil. Je prends quelques photos à Wissembach. Puis, après déjeuner, je vais avec DESCARPENTRIES faire un petit tour dans nos anciennes premières lignes. On n'y voit rien d'anormal ; nous revenons par Belfort et je remonte au Chênâ pendant que des obus russes tombent dans le ravin de Beau Soleil. C'est une séance bien menée ! Je suis un peu fatigué et, après mon quart, à 10 heures, je dors vite.

Avec l'aimable autorisation de son petit-fils - Merci de ne pas reproduire sans autorisation