[La période du 5 au 9 octobre 1916] nous permet de nous reposer un peu. Mais tout est relatif. Il n'y a plus à guetter de l'oeil et l'oreille de sorte que, pendant le jour, les troupiers peuvent dormir pendant que pleuvent, sur le tas de pierres que fut Soyécourt les 150 et les 210.

Mais, le soir, ce village désertique s'anime, car nous allons achever dans le secteur du 408e les travaux d'approche pour le jour J. Nous sommes employés aussi à transporter et à placer aux endroits choisis par le commandement, les approvisionnements en vivres et munitions nécessaires pour l'attaque.

Pendant cette période, le Lt LELIEVRE qui commande la Cie, malade et à bout de force est évacué. J'hérite ainsi du fardeau qui consiste à emmener 200 hommes à la guerre, et cela dans un moment difficile.

Notre bataillon devant marcher derrière un baraillon du 408e, je vais prendre les ordres du commandant dudit bataillon et reconnaître le secteur dans lequel j'aurai à opérer, ce qui représente quelques trajets dangereux. Enfin, tout se passe bien, à part deux blessés à la Cie.

Le malheureux village a été tellement bombardé lors de l'attaque qui nous en a rendus possesseurs que, même avec un plan on a peine à se faire une idée de son ancienne configuration. Les quelques rues qui le sillonnaient ont complètement disparu parmi les décombres et les trous d'obus. Un seul point de repère : l'église devinée surtout à cause du cimetière qui l'entoure et il reste trace.

Beaucoup d'abris éboulés sous lesquels pourissent des boches qui ne reverront jamais l'Allemagne. La guerre a fait de cet endroit un véritable charnier.

Le 9, vers 22 heures alors que je m'étais étendu sur un matelas pour reposer quelques heures, l'agent de liaison m'apporte un pli. Je l'ouvre en baîllant et à la lueur de la bougie je lis : J = 10, H = 11.

Ce qui veut dire : attaque pour demain 11 heures.

Les troupes devront être placées dans leur position de départ avant le jour et tous les mouvements terminés pour 4 heures. Boum ! Il n'y a pas de temps à perdre. Nous faisons boucler tous les sacs et la Cie se rend section par section dans la Tranchée du Roi (du temps de boches " Aachner Weg ").

soyecourt2

Merci de ne pas reproduire sans autorisation.