Un collectionneur m'a récemment contacté pour m'indiquer qu'il avait trouvé en chinant il y a plusieurs années une plaque d'identité au nom de Théophile DEBERLY, officier.

Deberly

Il souhaitait savoir s'il pouvait s'agir du même homme qui fut blessé le 17 mai 1916.

Cette plaque d'identité porte les nom et prénom, ainsi que la classe sur une face et sur l'autre le nom du bureau de recrutement et le n° de matricule de l'intéresse : ici Péronne - 544.

Les fiches matricules étant consultables en ligne sur le site des archives de la Somme, rien de plus facile de vérifier si cet homme fut bien incorporé au 409e et de retracer ici son parcours militaire.

Théophile était né à Albert (80) en 1895. Lors de son recensement, il était mouleur en fonte, puis comptable. Déclaré bon pour le service, il fut incorporé en décembre 1914 au 120e RI avant de passer au 409e RI en mars 1915.

Caporal le 28 mars 1916, Blessé à Quennevières le 17 mai 1916.

Il fut nommé sergent le 15 mai 1917 et cité à l'ordre du 409e RI le 14 juin 1917 pour son attitude lors des combats de Cauroy

Sujet remarquable par son courage et son énergie dans le commandement. Belle conduite au combat du 9 mai, très méritant à tous égards.

crx_g1

Cité à l'ordre de la 167e DI le 30 octobre 1917

Volontaire pour le coup de main du 9 octobre 1917, a dirigé avec sang-froid et entrain le nettoyage de la position assignée à sa 1/2 section.

Cité à l'ordre de la 167e DI le 17 septembre 1918

Excellent sous-officier grenadier d'élite. Le 7 septembre 1918, à la tête d'un groupe de grenadiers, a vigoureusement attaqué un poste ennemi à la grenade, paralysant ainsi la résistance et a grandement contribué au succès de l'opération qui nous a valu des prisonniers.

Cité à l'ordre de la 6e Armée le 20 septembre 1918

Sous-officier dont la crânerie fait l'admiration de tous. Le 8 juin 1918 à l'attaque du Bois d'Eloup a assuré la liaison en 2 Cies nettoyant une partie du bois de ses défenseurs et ramenant 5 prisonniers. Le 1er juin, sur le point d'être cerné, prend un fusil mitrailleur, tue plusieurs allemands à bout portant et met les autres en fuite. Le 22 juillet, sa 1/2 section étant arrêtée sur un plateau  battu par les feux de mitrailleuses ennemies, se précipite en tête de ses hommes et aux cris de " En avant " réussit à leur faire franchir la zone dangereuse.

Promu sous-lieutenant en octobre 1918.

A nouveau cité le 9 novembre 1918

Sous-officier d'une audace légendaire et conducteur d'hommes remarquable. Le 6 septembre 1918, s'est élancé avec une bravoure admirable à la tête de sa section à l'attaque de la butte de Souain dont il a réussi à atteindre le sommet un des premiers après avoir capturé à lui seul 25 prisonniers. Le 27 septembre a continué la progression, alors que les feux d'écharpe des mitrailleuses ennemies immobilisaient en partie les unités voisines. A gagné de bond en bond et toujours à la tête de ses hommes la tranchée de Cassel, où il a capturé encore trois prisonniers et deux mitrailleuses.

Croix de guerre avec une étoile [de bronze], deux étoiles d'argent, une palme.

Médaille militaire le 9 novembre 1918

Médaille militaire

  • Médaille interalliée dite de la Victoire
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre

D'après des travaux généalogiques relevés sur le site geneanet, il s'est marié en 1920 avec Lucienne DEROEUX.

Promu lieutenant en 1923, il fut rappelé lors de la seconde guerre mondiale et incorporé au 45e RI en août 1939.

Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 25 juillet 1929.

legion_1

Théophile DEBERLY est décédé à Albert (80) en 1977 âgé de 82 ans.

Tous mes remerciements à Jean-Michel pour la communication des photos de la plaque d'identié.