1078 Lundi 16 septembre 1918

Je commence l'instruction d'une équipe d'artilleurs de tranchée. Ils ne savent rien et je leur apprends la St Étienne. Temps très chaud.

1079 Mardi 17

Continuation de l'instruction ; au milieu de l'après midi, je vais voir GUÉDON qui fait l’expérience de grenades fumigènes et incendiaires. Il fait un vent qui a tendance à augmenter. DELMAS rentre.

1080 Mercredi 18

Il pleur toute la matinée. Je passe l'après-midi au tir avec les artilleurs. Je tire également au fusil mitrailleur.

1081 Jeudi 19

Averses intermittentes. Des escadrilles arrivent au camp d'aviation. Je fais un bridge et j'écris.

1082 Vendredi 20

Depuis cette nuit, il circule beaucoup de monde sur la route. De plus, on doit se tenir prêt à partir. Je range mes affaires et je vais dans une petite bicoque près du major du camp.Mais comme personne ne vient, je rentre coucher à la baraque.

1083 Samedi 21

Pas d'ordres de départ. Les commandants de compagnie s'en vont. DELMAS retourne au régiment avec MOINET. Le soir, les artilleurs s'installent au bout de la baraque. Une pièce à longue portée tire sur St Hilaire au Temple.

1084 Dimanche 22

De plus en plus de mouvement ; on doit partir dans la nuit aussi je fais tout préparer. GUÉDON et VALLENT reçoivent l'ordre de rejoindre le régiment. Je me couche de bonne heure pour dormir un peu. OLLIVIER rentre saoul et ne fait rien de bon.

Avec l'aimable autorisation de son petit-fils - Merci de ne pas reproduire sans autorisation