Le 5 mai 1917 raconté par Jean LAGRANGE, sous-lieutenant à la 1ère compagnie

De bonne heure, le général SCHMITT [SCHMIDT], commandant la [167e] Division, nous rend visite et annonce que nous irons sous peu remplacer le 170e en première ligne.

Nous passons encore toute la journée dans la tranchée en nous camouflant au moyen de toiles de tente tendues au-dessus de nos têtes et parsemées d'herbages coupés aux alentours. De la sorte, nous évitons le repérage par avions et par suite le bombardement.

Seuls quelques obus toxiques destinés aux batteries proches de nous, viennent nous déranger.

Deuxième à la belle étoile.

Merci de ne pas reproduire sans autorisation.

Voir le récit, publié ici il y a deux ans, qu'en fait René BRISSARD