Jean LAGRANGE mentionne la capture du Sergent COLOMBIER le 9 mai 1917.

Une visite sur le site de la Croix-rouge internationale permet de retrouver une fiche à son nom qui renvoie à deux listes. Celles-ci comportent la date et le lieu de naissance du sergent André COLOMBIER, capturé près de Brimont le 9 mai 1917, emmené à Rethel, puis au camp de Giessen en juin 1917, transféré en août 1917 au camp de Meschede.

Une recherche sur le site des archives de la Vienne permet de retrouver la fiche matricule.

André était stagiaire à l'enregistrement lors de son recensement en 1915. Par la suite, il devint " contrôleur spécialisé principal " dans cette administration.

Il possédait un permis de conduire. Incorporé en décembre 1914 au 90e RI, il est muté au 409e RI alors à Chinon en mars 1915.

Cité à l'ordre de la Division

A pris le commandement d'un groupe de camarades sans chef. Les a encouragé et a assuré la liaison.

crx_g1

Cité à l'ordre de la Division le 22 juillet 1916

Volontaire pour participer à un coup de main sur les tranchées ennemies. S'est particulièrement distingué en accomplissant point à point la mission qui lui était confiée contribuant ainsi à la bonne réussite de l'opération.

Cité à l'ordre du 21e CA le 31 octobre 1916

A tenu pendant 5 heures avec une poignée d'hommes un barrage établi dans une tranchée et a empêché toute progression de sa part. A blessé un officier allemand et a contribué à sa capture.

Cité à l'ordre de la Division le 28 mai 1917

Sous-officier qui a fait preuve le 9 mai de la plus grande vaillance et d'une extrème énergie pour venir à bout, au cours d'une progression par boyaux, des obstacles accumulés par l'ennemi.

Caporal, puis sergent en 1916, il est porté disparu et présumé prisonnier le 9 mai 1917. Il est rapatrié le 26 novembre (ou le 27 décembre) 1918.

Il reçut également la Médaille militaire.

Médaille militaire

Il avait épousé en 1920 Suzanne HERBERT.