Retrouver trace du Soldat Edouard GERARD a nécessité quelques recherches.

Inhumé dans le carré militaire de Coulommiers sous le nom de GIRARD, il ne figurait pas dans la base mémoire des hommes ou dans la base des sépultures de guerre. En revanche, il apparaît dans celle de memorialgenweb.

Il ne figure pas non plus dans l'historique du régiment ni dans le relevé que j'ai effectué en rapprochant différentes source.

J'ai donc repris le JMO du 409e à partir de la date de décès indiqué sur la plaque de la sépulture, soit 25 juillet 1918 et les jours antérieurs.

22, 23, 24 : néant. A la date du 25 juillet 1918, sur l'état des pertes, il y a bien un GERARD (et non Girard) Edouard.

Une recherche sur la base mémoire des hommes confirme que cet homme est bien décédé lors des combats de juillet 1918

archives_F291261R

Connaissant désormais la classe de mobilistation (1909), le bureau de recrutement (Nantes) et le n° de matricule d'Edouard, consulter la fiche le concernant aux archives de Loire Atlantique est un jeu d'enfant.

Celle-ci nous permet de découvrir son parcours militaire et d'en apprendre un peu plus sur lui.

Ainsi Edouard était né à Campbon (44) en 1889. Cultivateur lors de son recensement, il avait été incorporé au 116e RI en octobre 1910, avant de rejoindre le 11e Escadron du train en janvier 1912, où il fut ordonnance jusqu'en septembre 1912. A l'issue de son service militaire, il reçut le certificat de bonne conduite.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il fut blessé en juin 1915 à Hébuterne. Après sa convalescence, il fut détaché au Dolomus (?) de Campbon de septembre 1915 à février 1917. Affecté au 15e RA, puis 15e RI, il passe au 409e RI en avril 1917.

Blessé le 25 juillet 1918, il décède le 27 après son évacuation.

Sa trace est semble-t-il perdue puisque c'est un jugement déclaratif de décès rendu en 1922 qui officialise son décès et fixe la date au 27 juillet 1918.

Son nom est gravé sur le monument aux morts de sa commune natale, Campbon (44).

Après avoir contacté le Pôle national des sépultures, que je remercie, le nom d'Edouard GERARD apparaît bien dans la base des sépultures de guerre, indiquant que sa sépulture porte le n° 128.