Jean-Marie, époux de l'arrière petite-fille du Sous-lieutenant Fernand Danton MICHEL, a proposé de transmettre une photo de la sépulture de celui-ci afin de compléter l'album des sépultures du blog.

MICHEL_Fernand
Photo Jean-Marie S.

Jean-Marie m'a indiqué que Fernand était originaire de Lagnes (84) et qu'il fut enfant de troupe.

il a terminé sa carrière militaire comme sous-officier en avril 1912, après plusieurs campagnes en Chine et Tunisie.

Il s’est installé à Niort (79) et fut employé comme dessinateur industriel à la compagnie des chemins de fer Paris-Orléans.

Rappelé dès le début de la guerre et promu sous-lieutenant.

Porté disparu à Vaux devant Damloup le 8 mars 1916, il laissait une veuve et trois enfants en bas âge.

archives_M230832R

La fiche matricule de Fernand, conservée aux archives du Vaucluse, permet de compléter son parcours militaire. Fernand s'engagea pour 4 ans en 1896, à l'âge de 18 ans, et fut incorporé au 163e RI.

Nommé caporal en avril 1897, il fut affecté au 4e Bataillon d'infanterie légère d'Afrique (BILA) au mois de juillet. Nommé sergent en avril 1898, il renouvelle son engagement en mai 1900 pour 5 ans. Il participe à une première campagne en Tunisie, avant de partir pour le Tonkin.

En 1903, il passe au 6e RI, puis de nouveau au 4e BILA en 1905 après son rengagement. Il est nommé sergent-major en mai 1906 et affecté à la compagnie de discipline en octobre de la même année.

Nommé adjudant en mars 1909, il est affecté au 152e RI. Rengagé, il est affecté au 4e Régiment de tirailleurs algériens en décembre 1911, avant d'être admis à la retraite en 1912 avec le certificat de bonne conduite.

MICHEL_Fernand_Danton

Entre 1901 et 1912, il effectue trois campagnes en Tunisie.

Il avait obtenu la Médaille commémorative de Chine, Chevalier de l'ordre du Nicham Iftikhar et la Médaille militaire en décembre 1910.

Médaille militaire

Affecté spècial en 1913, comme commis au chemin de fer de l'Etat. Rappelé lors de la mobilisation générale, alors qu'il demeure à Niort, il rejoint le 114e RI. Il est promu Sous-lieutenant au 66e RI en mars 1915, avant d'être affecté au 409e RI un mois plus tard.

Porté disparu à Vaux devant Damloup en mars 1916, il est déclaré Mort pour la France par un jugement rendu en 1920.

Une recherche dans la base de la Croix-rouge internationale nous apprend que sa veuve avait entrepris des recherches auprès de cet organisme, présumant que Fernand avait été fait prisonnier. Il est fait mention que Fernand était affecté à la 10e Cie du 3e bataillon du 409e.

Une enquête fut diligentée auprès d'au moins trois prisonniers du 409e dont deux indiquèrent que Fernand avait été grièvement blessé lors d'un feu de barrage. Le troisième présumant qu'il avait été tué.

Il semblerait que le corps de Fernand ait pu être identifié postérieurement à la date du jugement rendu en 1920 et inhumé dans la Nécropole nationale de Fleury devant Douaumont.

Son nom est gravé sur le monument aux morts de Niort (79).

Tous mes remerciements à Jean-Marie et son épouse pour l'envoi des photos et les premiers éléments qui m'ont permis de poursuivre et de compléter les recherches.