Voilà plusieurs années, Benoît le petit-neveu de Frédéric BOUCHER m'avait transmis diverses photos de son grand oncle et de ses copains.

Parmi eux, il y avait un certain A. Barbreau ou Barbereau, probablement André. Mais André se prénommait en réalité Albert comme l'indique une des citations mentionnées au JMO du 409e RI en mars 1916.

Les années passant, les sources relatives à la première guerre mondiale sont devenues plus accessibles, notamment grâce à internet.

Ainsi en cherchant via le grand mémorial, j'ai retrouvé la trace de ce copain de Frédéric Boucher qui se nommait Albert Henri BARBREAU.

Albert était donc né à Angoulême en 1894. Horloger-bijoutier lors de son recrutement, il avait été incorporé au 32e RI en septembre 1914.

Parti en campagne avec ce régiment, il eut les pieds gelés en Belgique et dut être évacué le 30 décembre 1914.

Après sa convalescence, il fut dirigé en mars 1915 sur Chinon où le 409e RI était en cours de formation.

Nommé caporal au mois d'avril 1915, puis caporal-fourrier au mois de mars 1916.

Cité à l'ordre du régiment le 16 mars 1916 :

S'est brillament comporté au cours d'un coup de main qui a d'ailleurs pleinement réussi.

André Barbreau

Albert fut nommé sergent-fourrier au mois d'août 1916.

Trois mois plus tard, en novembre 1916, Albert fut de nouveau cité :

Sous-officier très méritant. A montré un dévouement à toute épreuve et d'une énergie inlassable. S'est chargé dans un moment critique du ravitaillement en munitions de la ligne de feu.

Blessé le 15 mai 1917 lors des combats de Cauroy, il fut évacué. Il ne rentra au dépôt que le 8 novembre 1917.

Le journal l'Echo du 20 novembre 1917 (consultable sur Gallica-BNF) révèle qu'il fut cité une nouvelle fois à l'ordre de la brigade :

Au mois d'août 1918, il fut affecté au 103e RI et finit la campagne sous cet uniforme.

Un mois plus tôt, il avait épousé Alice GRATEAU à Angoulême.


Publication de mariage en juillet 1918 dans le même journal (Gallica-BNF)

La Médaille militaire lui fut décernée en mars 1929 (JO du 6 avril 1929).

La fiche matricule d'Albert indique qu'il avait été nommé sergent-chef en 1940.

Albert BARBREAU est décédé à Bordeaux en 1980 dans sa 86 année.