Extrait du commentaire posté par Jean-Philippe :

" Mon grand-père [...] est le personnage qui est tout à gauche, Victor GILET, de Sainte-Gemmes-sur-Loire, Maine-et-Loire, où il exerçait la profession de tonnelier distillateur."

Découvrons qui était Victor Henri GILET dont le visage a été reconnu par son petit-fils sur cette photo de groupe

La fiche matricule de Victor nous apprend qu'il était né à Ste-Gemmes-sur-Loire en 1889. Il appartenait à la classe de recrutement de 1909. Il exerçait le métier de tonnelier, Jean-Philippe précise tonnelier-distillateur.

Il avait été ajourné en 1910 et fut incorporé un an plus tard en octobre 1911 au 144e RI. En octobre 1912, il fut muté à l'école de St-Maixent comme soldat ordonnance, où il finit son service militaire en septembre 1913 avec le certificat de bonne conduite.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il rejoint le 144e RI le 3 août 1914 à Cholet et part pour le front le lendemain.

Le 26 octobre 1914, il est blessé par des éclats d'obus à Zonnebecke (Belgique) et est évacué sur Dunkerque, puis sur l'Hôtel-Dieu à Nantes. Sa convalescence se prolonge jusqu'au 31 décembre 1915, où il retourne au dépôt.

Le 20 mars 1916, il repart en ligne, cette fois sous l'uniforme du 409e RI, qui a perdu un tiers de son effectif lors des combats du début mars à Vaux devant Damloup.

Il s'illustre lors des combats de Veuilly la Poterie (02) et est cité à l'ordre du régiment le 5 juillet 1918 :

Brancardier auxiliaire d'un zèle à toute épreuve, au cours du combat des 6 et 7 juin 1918, est allé relever des blessés en première ligne sous de violents bombardements de gaz suffocants.

A fait preuve d'un réel courage.

Cx guerre 1418

Il rentre au dépôt à Châtellerault le 16 décembre 1918 et repart aux armées avec le 68e RI le 15 juin 1919, avant d'être démobilisé deux mois plus tard le 6 août 1919.

GILET_Victor_409RI

Ce portrait transmis par Jean-Philippe représente Victor en 1919 (il a alors une trentaine d'années) : il porte la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire, la Croix de guerre et le rappel de l'insigne des blessés. Une lyre orne son calot, rappelant qu'il était musicien.

En 1934, il reçut la médaille de la Victoire.

Med_victoire