681 – Mercredi 15

Mauvais temps, je m'ennuie.

Il paraît que le 174è a refusé de faire un coup de main au saillant : le moral ne vaut pas grand chose.

681 – Jeudi 16

On parle de relève pour demain ; le temps redevient beau je passe l'après-midi chez BIRON. Calme général.

683 – Vendredi 17

La relève est pour ce soir. Un lieutenant du 120è Territorial vient reconnaître. Vers 8 heures, les Boches bombardent le centre de l'aviation. La journée paraît longue : il fait très beau. Je me couche un peu vers 10 heures pendant que les hommes jouent aux cartes.

684 – Samedi 18

La relève arrive à 2 heures : ce sont de pauvres territoriaux qui ont l’air très fatigués. Nous nous en allons et retrouvons les voiturettes aux cuisines. Calme pendant la traversée de Reims. A la Haubette, je ne dors pas et, vers 6 h ½, je vais en bicyclette prendre des vues de la cathédrale. Après le déjeuner, je vais jouer un peu de piano et je retourne à Reims faire des achats. Je vois toute la section en ballade. En [dînant ?], deux gendarmes viennent amener le Caporal HERVÉ et SABOUREUX, qui paraît-il, faisaient du scandale en ville et HERVÉ est accusé d’avoir pris des faux cols. Interrogatoire de ceux-là et de MICHELON, BOULU, SERREAU, JANSSENS, BABAULT. Le Lieutenant paraît vexé. A 9 heures on rassemble et l’on se dirige vers les autos, mais il faut attendre dans un champ jusqu’à 11 h ½. Enfin on embarque et on part. Au bout de deux heures, je suis gelé. Nous débarquons près de Dormans vers 4 h ½.

685 – Dimanche 19

Nous entrons dans Chavenay à 5 h ½ : le cantonnement a l’air infect : pas de popote et l’on en est réduit à manger sur l’herbe. Je me trouve tout de même une chambre car MOINET s’en va. PAILLISSON part aussi en perm’ exceptionnelle. Les Sergents RAYRÉ et GAILLARD couchent dans la même maison.

686 Lundi 20

Repos : je me nettoie. Cet après midi, j’emmène la Cie aux douches à Dormans : j’achète du papier Lumière et des caches pour faire de la photo ; on entre dans un bistrot avec toutes les peines du monde. Nous trouvons tout de même une popote.

687 – Mardi 21

Toujours repos : je passe ma journée à trier des photos et à les virer ; beau temps et chaleur.

A suivre...

Avec l'aimable autorisation de son petit-fils - Merci de ne pas reproduire sans autorisation