En parcourant le site de Jérôme dédié aux morts pour la France originaires de l'Indre, et en rapprochant les noms cités des soldats du 409e, j'ai relevé celui de Jean ROCHÉ.

Le nom de cet homme est présent dans la base mémoire des hommes mais avec une fiche dite " non mort pour la France ". Au passage, comme le fait remarquer Jérôme, la mention " mort pour la France " figure bien.

archives_L860125R

Cette fiche ne porte pas de date de naissance précise, le nom de ce soldat n'apparaît pas dans l'historique du régiment.

La mention du jugement déclaratif de décès m'a mis la puce à l'oreille : et si cet homme avait été capturé alors que son unité était engagée dans les combats de Vaux devant Damloup ?

Vérification dans la base de la Croix-rouge internationale, plusieurs fiches figurent au nom de Jean ROCHÉ du 409e RI. Elles indiquent ses date et lieu de naissance, ainsi que sa fonction d'agent de liaison.

Jean Baptiste ROCHÉ était né à Limoges le 31 janvier 1894. Son père était modeleur (probablement en porcelaine). Si la fiche mémoire des hommes indique bien un n° de matricule et la classe correspondante à son année de naissance, les archives de l'Indre n'ont pas encore mis en ligne les fiches matricules numérisées. Impossible de retracer son parcours militaire.

Les fiches de la base de la Croix-rouge internationale permettent d'indiquer que des membres de la famille avaient entrepris des recherches auprès de cet organisme. Un enquête fut entreprise, notamment auprès d'un des camarades détenu au camp de Wahn, où le nom de Jean apparaissait sans précision d'unité en octobre 1916.

L'enquête fut interrompue puis rouverte en août 1917, indiquant que Jean fut probablement transféré du camp de Limburg am Lahn vers celui de Wahn : une des fiches indique le n° de détenu dans ce camp (14049).

Au cours de ce même mois, René THIERRY détenu à Munster fut interrogé, mais le résultat de cette enquête n'est pas indiqué sur la fiche.

En avril 1918, les recherches se poursuivaient.

En 1921, Jean fut déclaré décédé par le tribunal de Châteauroux (36) et le jugement tenant lieu d'acte de décès fut transcrit dans les registes de Villedieu sur Indre (36), où demeurait sa famille.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de cette commune.

Merci à Jérôme, dont les travaux m'ont permis d'évoquer ici le nom de ce soldat.