Le nom du Lieutenant François VARICLIER apparaît dans les carnets de René BRISSARD. Je l'avais précédemment relevés parmi des citations en 2009.

François VARICLIER était né en 1877 à St Laurent la Conche (42). Il s'était engagé volontairement en 1896 pour 3 ans et fut incorporé au 16e RI. A l'issue de cet engagement, il fut envoyé en disponibilité.

En novembre 1901, il avait épousé Stéphanie, Pauline Anne (ou Anna) PEGUIN à Saint-Etienne. Il exerçait alors la profession de dessinateur.

Rappelé lors de la mobilisation générale, il fut incorporé au 102e RI territorial : il était âgé de 37 ans.

Nommé caporal fourrier en décembre 1914, puis sergent-fourrier en septembre 1915, avant d'être nommé Sous-lieutenant et d'être affecté au 156e RI en août 1916.

Il rejoint le 409e RI un mois plus tard.

Cité à l'ordre de la 303e Brigade le 17 octobre 1916

Cité à l'ordre de la 167e Division le 29 mai 1917 :

Excellent chef de section qui apporte dans l'accomplissement de ses devoirs le zèle et le dévouement le plus absolu. A contribué à l'organisation d'un secteur nouvellement conquis et malgré la violence d'un bombardement incessant, est parvenu dans un délai très court à rendre inviolable la zone qui lui avait été affectée.

Cité à l'ordre du 21e CA le 14 août 1918 :

Officier pionnier d'une bravoure, d'une conscience, d'une activité et d'un dévouement remarquables. Pendant les combats du 6 juin au 25 juillet 1918, a dirigé son service d'une façon parfaite et a pu assurer le ravitaillement du régiment en matériel et en munitions jusqu'en 1ère ligne. Le 25 juillet, à la tête de ses pionniers, s'est porté bravement avec le bataillon d'avant-garde à l'attaque d'un bois et s'est maintenu toute la journée sur la position atteinte, sous un violent tir de mitrailleuses.

Cité à l'ordre de la 167e Division le 25 octobre 1918

Malgré la fatigue de la campagne, n'a cessé de donner comme officier pionnier du régiment, les preuves du dévouement le plus absolu et d'une activité inlassable. A déployé dans la préparation de l'offensive du 26 septembre 1918, une ingéniosité et une habileté remarquables dans l'utilisation de son personnel et dans la mise en oeuvre des ressources matérielles. Durant les combats du 26 septembre au 8 octobre, a assuré le ravitaillement en munitions des unités engagées avec un zèle méritoire quelles que fussent les circonstances du combat.

Le ruban de sa Croix de guerre portait une étoile de bronze, deux étoiles d'argent et une étoile de vermeil.

crx_g1

Nommé Lieutenant en juillet 1918.

Chevalier de la Légion d'honneur en février 1919.

legion_1

Il est décédé dans sa 74e année.