Du 15 au 19 octobre 1916 par Jean LAGRANGE

Ablaincourt

Le 109e n'étant pas venu se placer à notre hauteur, je me trouve toujours en flèche avec un point faible à ma gauche.

A cause de cela il faut redoubler de vigilance, surtout la nuit.

Une section entière se tapit à la nuit tombante dans les trous d'obus pour prévenir toute tentative d'infiltration, pendant que derrière d'autres hommes établissent une tranchée. Le travail de la nuit est à moitié défait dans le jour par le bombardement ennemi qui reprend chaque jour avec une violence croissante.

Ajoutons à cela, la fatigue excessive de tous. Aussi l'effectif fond de plus en plus. Nous ne sommes plus que 60 quand on nous annonce la relève. Il y a 31 jours que nous sommes engagés. 31 jours que nous vivons dans la boue et sous la menace constante de la mort.

La Cie est remplacée moitié par du 158e, moitié par du 278e.

Merci de ne pas reproduire sans autorisation.